ACCUEIL

Créé en 1985, le CNA est une instance consultative indépendante, placée auprès des ministres chargés de l’agriculture, de la santé et de la consommation. Il est consulté sur la définition de la politique de l’alimentation et émet des avis à l’attention des décideurs publics et des différents acteurs de la filière alimentaire sur des sujets tels que la qualité alimentaire, l’information des consommateurs, la nutrition, la sécurité sanitaire, l’accès à l’alimentation, la prévention des crises…

Positionné comme un parlement de l’alimentation, le CNA développe avant tout une approche socio-économique intégrant les réalités du monde professionnel et des attentes et préférences des consommateurs. Il constitue aussi vis-à-vis des avis des agences scientifiques telles que l’Anses un deuxième cercle de préconisations capable d’intégrer les préoccupations des filières et de la société civile.

Répartis en sept collèges, ses 49 membres représentent les principaux acteurs de la filière alimentaire : associations de consommateurs, syndicats de salariés, producteurs agricoles, transformateurs et artisans, distributeurs, restaurateurs, ainsi que des personnalités qualifiées. Les établissements publics de recherche et d’évaluation scientifique, les collectivités territoriales ainsi que les ministères concernés sont membres de droit du CNA.

La loi charge le CNA de participer à l’élaboration et au suivi de la mise en œuvre du programme national pour l’alimentation (PNA), qui décline la politique nationale en la matière.

        Le CNA a été présidé par le Pr Jean-Jacques BERNIER, le Pr Christian CABROL, Christian BABUSIAUX, Président de la première chambre de la Cour des comptes et ancien Directeur général de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, puis par Philippe GUERIN, ancien Directeur général de l’alimentation. Depuis 2009, c’est le Dr Bernard VALLAT, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), qui préside le Conseil.

Depuis sa création, le CNA a émis 74 avis. Les avis récents ont porté sur :

        • Comment mieux cerner et satisfaire les besoins des personnes intolérantes ou allergiques à certains aliments ? (2010 et 2011) ;
        • Quelle place pour les protéines animales transformées dans l’alimentation des porcs, volailles et poissons ? (2011) ;
        • L’alimentation en milieu carcéral (2011) ;
        • Aide alimentaire et accès l’alimentation des populations démunies en France (2012) ;
        • Communication et alimentation : les conditions de la confiance (2014) ;
        • Le Bio en France : situation actuelle et perspective de développement (2015).

En 2016, quatre groupes de travail sont actifs :

        • Les enjeux de la restauration collective en milieu scolaire ;
        • Politique nutritionnelle (groupe permanent) ;
        • L’alimentation en milieu hospitalier ;
        • Bilan de la crise de l’ESB.


English version

Haut de page